La France compte 24 425 fermes bio (plus d’un millions d’hectares cultivés en bio). Un chiffre qui croit chaque année (+104% entre 2007 et 2012). Parallèlement le nombre d’opérateurs grimpe également, ils sont aujourd’hui 36600, soit deux fois plus qu’en 2007. En 2012, les filières biologiques représentaient un chiffre d’affaire de 4 milliards d’euros.

Ces chiffres témoignent de l’intérêt croissant pour la consommation de produits issus de l’agriculture biologique.

L’essor de la bio engendre de nouvelles pratiques, les opérateurs doivent se démarquer et optent dès lors pour des pratiques différenciées en matière de commercialisation de produits bio.

D’un côté, une politique effrénée sur les prix est menée, ce qui engendre un approvisionnement à l’étranger et en conséquence certaines dérives. Il y a également de la part des GMS un intérêt de plus en plus marqué pour la bio avec un désir fort de traçabilité. Du coté des producteurs, certains s’organisent pour structurer des filières équitables, souvent locales et respectueuses aux labels exigeants? Aujourd’hui, pour le réseau GAB / FRAB, l’enjeu est de définir ce que l’Économie Bio apporte à ses acteurs  – producteurs, consommateurs, citoyens ainsi qu’aux territoires.

Lors de la conférence inaugurale du salon la Terre est notre métier le vendredi 11 octobre à 13h30, une table ronde sera organisée pour échanger sur les nouvelles stratégies pour le développement des filières biologiques.

Plusieurs référents interviendront pour mettre en confrontation leurs différentes logiques et stratégies commerciales :
• Jean-Pol Kerjean : directeur de Maison Grand Ouest chez Biocoop
• Alain Delangle : paysan bio et administrteur de la FNAB
• Jean-Jacques Le Bris : président de la commission bio du Cérafel
• Christophe Baron : Président de Biolait
• Delphine Stroh : service développement durable de Carrefour

Dans ce contexte,  la question est de savoir comment vont s’organiser à l‘avenir les filières biologiques, et notamment de savoir si la bio peut changer d’échelle, de quelle manières et en laissant quelle place aux agriculteurs biologique, pierre angulaire du système.

Véritable enjeux de la société d’aujourd’hui et de demain, les stratégies et pratiques commerciales sont au cœur des préoccupations du développement de l’agriculture biologique.