Alors que pendant des millénaires, les paysans ont conservé et développé la biodiversité cultivée, le secteur semencier s’est approprié, depuis 50 ans, le domaine de la sélection variétale. Retour rapide sur investissement, fiabilité et homogénéité sont devenus les maîtres mots de cette industrie, au détriment de la diversité des plantes cultivées : 80% des légumes cultivés il y a 50 ans ont ainsi disparu et quelques variétés de blé couvrent désormais 80% de l’assolement annuel français (source : Réseau Semences Paysannes).

Pourtant l’agriculture biologique, et plus généralement l’agriculture paysanne, dépendent directement de cette biodiversité ! Parce qu’elle est synonyme de résistance de nos plantes, d’adaptabilité à nos terroirs mais aussi d’autonomie financière et technique de nos fermes. En France et dans le monde entier, des réseaux d’agriculteurs s’impliquent ainsi dans la valorisation et la gestion de la diversité cultivée. Notamment via le réseau GAB-FRAB de Bretagne.
 

Maïs population

En partenariat avec l’INRA, une quinzaine de variétés de maïs population1 sont testées cette année par des paysans membres de nos réseaux. « Blanc de Monein », « Grand Roux Basque », « Agurtzan »… ces variétés sont testées depuis plusieurs années déjà dans le Périgord et l’enjeu est de savoir si elles seront capables de s’adapter au climat breton. Les 35 paysans impliqués dans l’expérimentation mènent donc des observations sur la robustesse, le taux de germination, la précocité, etc…
 

Blé noir population

Toujours avec l’INRA, une cinquantaine de variétés de sarrasin sont actuellement testées chez des paysans bretons pour être multipliées puis sélectionnées. L’expérimentation démarre tout juste et se mène en lien avec des meuniers, brasseurs ou encore apiculteurs, pour sélectionner des semences et des variétés adaptées au mieux à leurs besoins. Les pouvoirs mellifères des plantes, les couleurs et les formes des graines seront ainsi observés avec attention.
 

Et à Guichen ?

Lors du salon La Terre est Notre Métier, de nombreux intervenants présenteront des conférences, afin de valoriser les actions et les savoir-faire paysans pour la biodiversité :

« Les races locales animales » (avec la Fédération des races de Bretagne), « Produire ses semences fourragères à la ferme » (avec Guillaume Michel, GAB22), « Agriculture bio et semences paysannes » (avec Marc Dufumier), « Optimiser l’utilisation de blés de pays au niveau agronomique et boulanger » (présentation du Programme Pays Blé) ou encore « Les modes d’organisation collectifs pour gérer la biodiversité en Bretagne » (avec Triptolème, la CAB Pays de la Loire, Kaol Kozh, le CIVAM44…).

Un atelier-conférence présentera également l’essai « Maïs Population » mené en Bretagne et des vitrines de maïs et sarrasin population seront visibles sur le pôle démonstrations/essais. Enfin, différentes structures impliquées sur le thème de la biodiversité seront présentes tout au long du salon.

 

 

1 Une variété de «population» est un ensemble de plantes qui se reproduisent librement entre elles au cours de leur culture dans un même milieu biologique, auquel elles sont adaptées (ou en cours d’adaptation). Leur grande diversité génétique et leur pollinisation libre produisent un groupe d’individus tous différents dans des proportions non définies et variables d’une année sur l’autre, mais répondant à des caractéristiques morphologiques communes : allure de la plante, précocité, couleur des graines…

 

Sources : Réseau Semences Paysannes / Agrobio Périgord