Et si, au lieu de se casser le dos dans les champs, les paysans se faisaient les cuisses ? C’est un peu la promesse de ce vélo couché des champs, nouvel arrivé sur quelques fermes en maraîchage bio, et qui dépareille au milieu des bineuses, cultivateurs et autres butteuses : épargner au maraîcher certaines tâches qui mettent son corps à rude épreuve, et limiter les passages de tracteur superflus, donc la compaction des sols. Ce « véloculteur » n’est pas une idée nouvelle, mais sa pertinence s’est construite (et se construit encore) au fil des versions successives et de l’implication des paysans dans son évolution. Revue de la jeune histoire et des intérêts d’un outil qui en fait rêver beaucoup.

 

Qui a vu le vélo des champs ?

Debout, couché ? Avec ou sans assistance électrique ? Pour quelles opérations de culture ? Avec quel système de direction ? Des premières versions réalisées au sein du réseau américain Farm Hack[1] (notamment sur la Green Tractor Farm de Tim Cook), à celle qui roule pour l’instant sur cinq fermes françaises (Vaucluse, Haute Savoie, Dordogne, Indre-et-Loire, Ile-de-France), autant de questions auxquelles il a fallu trouver des réponses appropriées pour arriver au prototype actuel, dont les plans déjà libérés sur les sites de l’Atelier Paysan et de Farming soul doivent encore évoluer.

Le collectif Farming Soul travaille sur ce projet depuis quelques années, et a pu profiter en 2015 du cadre de la POC 21 pour livrer une copie léchée, forcément améliorable ; les membres du collectif ont alors sollicité l’appui de l’Atelier Paysan pour la suite du processus (appui à la R&D, mise en plans) et l’implication forte de maraîchers pour s’assurer de la pertinence de l’engin, dans l’idée plus tard d’accompagner des maraîchers pour le construire plutôt que d’en vendre des copies. Objectif : courant 2017, disposer de suffisamment de certitudes pour diffuser une proposition définitive de plans, et accompagner les maraîchers qui souhaitent le construire en formation.

 

Parlons technique : un outil efficient

Ecartons la confusion la plus courante, l’aggrozouk n’est pas un tracteur à pédales : c’est d’abord un bon moyen de mécaniser « léger » certaines tâches parfois manuelles des fermes maraîchères sur petites surfaces (travail superficiel, désherbage des cultures, semis,…). C’est un porte-outils polyvalent (socs patte d’oie, doigts bineurs, semoirs,…) à pédales et à assistance électrique, permettant la plupart des travaux agricoles de surface (jusqu’à 10-15cm). Son énergie, un paysan pédalant dans la position confortable du vélo couché, pour tirer de ses jambes le maximum de puissance sans abîmer son dos. Son ratio poids/efficacité de travail lui permet de s’inscrire dans une démarche de réduction du tassement du sol tout en effectuant des travaux sur une largeur de planche.

L’outil est encore jeune, et c’est l’objectif des prototypes fabriqués à Valence en février 2016 que de construire sa légitimité et sa pertinence au champ. Au-delà des modules évoqués et encore à construire pour enrichir la palette de l’aggrozouk (semoir, désherbage thermique, possibilité d’atteler une remorque,…), il faudra patienter une ou deux saisons pour considérer l’outil comme une proposition validée par suffisamment d’heures au champ.

 

Et pour la suite

L’unique outil à pédales pour l’instant mis en plan et libéré par l’Atelier Paysan et Farming Soul n’a pas vocation à le rester : des projets sont en démarrage dans les Hauts de France (en lien avec le GABNOR) et dans le Vaucluse (en lien avec l’ADEAR 84) pour plusieurs versions de lits de désherbage. Si l’affaire vous intéresse, n’hésitez d’ailleurs pas à nous solliciter pour rejoindre un des groupes de travail ! En attendant, l’aggrozouk sera présent sur le salon La Terre est notre Métier, les 28 et 29 Septembre 2016 en Bretagne : venez essayer et discuter avec Farming Soul  et l’Atelier Paysan !

 

Contact Atelier Paysan : Grégoire Wattinne (g.wattinne@latelierpaysan.org)

Contact Farming Soul : farmingsoul@riseup.net

 

Auteur : Nicolas Sinoir, Atelier Paysan

 

Rendez-vous sur le site de l’évènement pour obtenir vos entrées gratuites : https://www.salonbio.fr/billetterie/

[1] Réseau « cousin » de l’Atelier Paysan (site internet)